A LA UNE Chefs à domicile La météo des chefs Annuaire gastronomique
dimanche 19 novembre 2017
On fête les Tanguy
Cocktails Proportions Conversions Ustensiles
Pâtisserie Confiserie Chocolat Fruits Légumes Viandes Poissons Fromages Sauces Pâtes

Guide pragmatique d'exéologie


Retour aux reportages

Cette série d'articles consacrés aux vins a été écrite par B.-O.Thien du site helvétique Roman du vin que nous vous invitons à visiter.

Comment ouvrir une bouteille
Guide pragmatique du tire-bouchon
image

Guide pragmatique d'exéologie

Pour découvrir l'intime personnalité de vos hôtes, apprenez les bases de l'exéologie, cette branche de la communication non-verbale aussi mal connue qu'indispensable.

Lorsque deux interlocuteurs discutent, les mots qu'ils utilisent ne représentent qu'une partie de l'interaction qui s'établit entre eux. Un nombre important d'informations ne s'expriment pas au moyen de la parole, mais par des gestes, des postures, des attitudes. Le ton employé, le choix des termes exprimés ou la vitesse d'élocution renseignent également sur les intentions des personnes en train de dialoguer, ainsi que sur leurs positions sociales respectives.

Même lorsque aucun échange verbal n'a lieu, le corps humain transmet des renseignements de manière continuelle. Cette communication muette passe par la gestuelle, la démarche, voire les tics. Sauf exception, la personne émet ces signaux de manière inconsciente. De plus, les gens qui les reçoivent ne se rendent pas compte qu'ils enregistrent de telles données. Leur cerveau les transcrit en impressions, pouvant être plus ou moins bonnes.

Décoder ces indices constitue un défi relevé par nombre de professions qui exigent une certaine perspicacité. Du psychologue au journaliste, en passant par le policier, les membres de ces corps de métier doivent savoir analyser les messages inconscients distillés par leurs vis-à-vis pour déceler d'éventuels mensonges et cerner une personnalité. Pour d'autres, connaître cette discipline permet de maîtriser son propre discours non-verbal afin d'éviter de se trahir ou de se dévoiler plus que nécessaire.

L'exéologie, littéralement la science de l'écoulement, étudie la manière qu'ont les individus de servir une boisson noble et les enseignements que l'on peut en tirer. Laissons de côté les traités sur l'art de verser le thé, la vodka ou le peyotl, pour nous intéresser au vin. Encore balbutiante, cette discipline n'a de loin pas épuisé son domaine d'étude. Néanmoins, quelques types de verseurs, que nous allons vous présenter ici-même, ont été schématisés par les exéologues. Il faut noter que, malgré l'usage du masculin, toutes les définitions ci-dessous se révèlent épicènes et s'appliquent sans distinctions aux représentants des deux sexes.

L'inquiet

La peur de manquer conditionne ses gestes, il ne verse qu'une rasade ridicule à chaque convive et doit s'y reprendre à deux fois pour remplir le tiers de la coupe. Afin d'estimer la quantité restante, il ne cesse d'observer la bouteille qu'il tient à la main. Ce soucieux s'applique à ne laisser couler qu'un filet de vin, ce qui se révèle plutôt bénéfique pour le précieux liquide qui sera ainsi correctement oxygéné. Si vous repérez un inquiet, arrangez-vous pour rester dans son cercle d'amis, car sa crainte de déplaire le pousse à offrir à ses invités des produits de qualité.

Le Suisse

Comme la formule le précise, il «boit en Suisse», soit caché et ignoré de tous. Cette particularité rend son étude impossible. Néanmoins, telle la femelle du Sphynge bleu géant de Madagascar -papillon de grande taille dont seuls des individus mâles ont été capturés- il ne peut pas ne pas exister et doit pouvoir être observé. La description des coutumes de ce verseur solitaire constitue le rêve de maints exéologues.

Le rival

Le rival est sournois. Il s'arrange pour vous servir un peu moins que les autres et pour faire tomber dans votre verre quelques particules du bouchon. Rien de trop visible bien sûr, il ne faut pas vous donner de motifs de plainte... Le geste net et précis, il vous fixe dans les yeux au moment où il relève la bouteille d'un mouvement sec, destiné à projeter sur votre anatomie l'ultime goutte qui s'échappe du goulot.

L'avare

Sa tendance à limiter les quantités accordées aux pique-assiette peut le faire confondre avec un rival. De fait, toute personne qui abuse de son hospitalité généreuse -en acceptant une invitation chez lui par exemple- est considérée comme un rival. Dans les cas les plus graves, il s'arrange pour verser en cascade le vin dans votre verre. Il s'imagine que, de cette manière, le bouillonnement provoqué provoquera la formation une couche d'écume qui donnera une impression de remplissage.

Le sensuel

Cet hédoniste se repaît du vin qu'il distribue à ses convives. Il prend votre verre dans la main, le regarde lorsqu'il verse, le tourne avec délicatesse et s'arrange pour le faire passer à portée de son odorat avant de vous le rendre. Les conventions lui interdisent heureusement de goûter dans votre verre.

Le didactique

Enseignant souvent contrarié, il profite de l'attention du récipiendaire pour commenter le cru qu'il verse. Servant le premier convive, il s'extasie sur la couleur, au deuxième, il confirme des reflets cuivrés typiques du terroir d'origine du vin, au troisième, il est tellement absorbé par des considérations sur le classement des Bordeaux de 1855 qu'il en oublie de continuer son service. Evitez d'être le quatrième...

Comment ouvrir une bouteille
Guide pragmatique du tire-bouchon

B.-O.Thien

©RomanDuVin.ch 2005


Retour aux reportages

Contact - Tournemain en favoris - Liste de diffusion - Mentions légales - Liens choisis
Fil d'infos - Reportages - Ce soir j'invite... - Chefs à domicile - La météo des chefs - Émission Top Granit' -

Textes et photos © Tournemain - Tous droits réservés

referencement