A LA UNE Chefs à domicile La météo des chefs Annuaire gastronomique
dimanche 19 novembre 2017
On fête les Tanguy
Cocktails Proportions Conversions Ustensiles
Pâtisserie Confiserie Chocolat Fruits Légumes Viandes Poissons Fromages Sauces Pâtes

Guide pragmatique du tire-bouchon


Retour aux reportages

Cette série d'articles consacrés aux vins a été écrite par B.-O.Thien du site helvétique Roman du vin que nous vous invitons à visiter.

Comment ouvrir une bouteille
Guide pragmatique d'exéologie
image

Guide pragmatique du tire-bouchon

Après avoir détaillé toutes les embûches liées à l'ouverture d'une bouteille, notre pragmatique chroniqueur, B.-O. Thien, s'intéresse à cet ustensile qui, une fois apprivoisé, seconde fidèlement l'amateur de vin.

D'un point de vue théorique, le fonctionnement du tire-bouchon ne représente pas un grand défi pour l'intelligence humaine. Il faut faire rentrer dans le bouchon une lame qui, lorsqu'on la retirera, emportera avec elle le cylindre de liège. Cette règle simple a donné naissance à une multitude d'engins, lesquels bien qu'ayant tous pour but d'ouvrir une bouteille de vin, diffèrent autant par leur aspect que par leur manière de fonctionner.

Les plus blasés de nos lecteurs pourraient trouver ces explications superfétatoires et inutiles. Cependant, qu'il me soit permis de leur faire remarquer que, une fois par mois au moins, je tombe sur le navrant spectacle d'un néophyte s'escrimant sur un tire-bouchon à ailettes. Le scénario se répète invariablement: notre hôte sert avec fermeté l'objet et tourne la mollette avec vigueur sans parvenir à faire pénétrer d'un millimètre la pointe de la lame dans le liège. Au final et après avoir successivement proféré quelques grossièretés, jeté le tire-bouchon en travers de la table et perdu toute dignité, il regarde avec amertume l'un des convives, maîtrisant l'ustensile, en faire un usage gracieux et ouvrir la bouteille sans aucun effort.

Pour que pareille mésaventure ne vous arrive pas, nous allons tenter de vous présenter un panorama plus ou moins exhaustif des différents mécanismes inventés par le génie humain.

La lame de couteau suisse

Le plus simple de tous. Il se présente sous la forme d'un tornillon d'acier qu'il faut introduire dans le bouchon avant de tirer le tout d'un mouvement lent et régulier. Simple, pratique, peu encombrant et traditionnel, il demande toutefois un minimum de force physique. En effet, si la traction n'est pas maîtrisée, la moitié du liquide sortira en même temps que le bouchon. Dans les cas extrêmes, le sommelier sera surpris d'avoir extirpé le liège et, de saisissement, en laissera tomber la bouteille...

Le tire-bouchon ordinaire

Il fonctionne comme une lame, mais un petit levier attenant permet d'ouvrir le flacon sans effort. Simple, pratique et bon marché, il est méprisé et considéré comme peu esthétique. Grâce à quoi les marchands de vin peuvent proposer un assortiment de tire-bouchons au maniement compliqué, à l'esthétique recherchée et au prix dissuasif.

Le screwpull

Voici le tire-bouchon branché, l'ouvre-bouteille du cadre supérieur, l'outil de professionnel qui ne vous lâchera jamais. Inventé il y a sept ou huit ans aux Etats-Unis, fruit des recherches intenses d'une équipe scientifique pluridisciplinaire, il a connu la gloire en tant que cadeau de prestige. D'un point de vue pratique, il s'avère compliqué à utiliser -impossible sans lire les 8 pages du mode d'emploi- ainsi que, à cause de son poids et de son volume, inutilisable hors du domicile. Il faut cependant reconnaître qu'il ouvre les bouteilles correctement ce qui, pour un tire-bouchon valant plusieurs centaines de francs, représente un minimum.

La vis sans fin

Cet ingénieux dispositif est formé d'une vis que l'on tourne toujours dans le même sens. Elle s'enfonce dans le liège puis extirpe d'elle-même le bouchon. C'est magique, mais personne ne s'en sert...

Le tire-bouchon à ailettes

Semblable à la vis sans fin, il possède deux petites ailes qui servent de levier. Au fur et à mesure que l'on enfonce la lame dans le liège, ces appendices se lèvent de chaque côté de l'instrument. A la fin, il suffit de presser sur ceux-ci pour ouvrir la bouteille. Evidemment, si la main qui tient le tire-bouchon serre les ailettes contre ce dernier, il s'avère impossible de faire entrer la lame où que ce soit...

Le tire-bouchon de sommelier

Dans ce cas, pas de tornillon, mais deux lames que l'on introduit entre le liège et la bouteille pour ensuite tirer le tout hors du goulot. Originale et distinguée, cette méthode demeure peu usitée. Sans doute parce qu'il faut trois ans d'études pour la maîtriser.

Le tire-bouchon électrique

Ustensile indigne du consommateur européen. Il doit demeurer un gadget pour yankees obèses.

Quelle que soit la méthode que vous utiliserez, n'oubliez par que, comme le dit l'adage: quand le bouchon est tiré, il faut boire le vin.

Comment ouvrir une bouteille
Guide pragmatique d'exéologie

B.-O.Thien
©RomanDuVin.ch 2005


Retour aux reportages

Contact - Tournemain en favoris - Liste de diffusion - Mentions légales - Liens choisis
Fil d'infos - Reportages - Ce soir j'invite... - Chefs à domicile - La météo des chefs - Émission Top Granit' -

Textes et photos © Tournemain - Tous droits réservés

referencement lyon